Comment choisir un hybride ?

Au début des années 2000, un nouveau type de club voyait le jour, à mi chemin entre un bois de parcours et un fer, d’où son nom, l’hybride.

Ces hybrides ont été conçus avec un objectif bien précis : remplacer les longs fers, devenus trop difficiles à taper.

On peut se poser la question du pourquoi.

Très clairement, quand on regarde de près l’évolution des lofts sur les fers depuis les années 90, on remarque que tous les grands fabricants ont progressivement fermé les lofts. Ainsi un fer 7 faisait en moyenne 40° dans les années 80, 36° dans les années 90 … aujourd’hui la moyenne sur le PGA est de 34° mais la grande majorité des fers 7 vendus aux amateurs se situe à 31°. Certains fabricants proposent en 2020 des fers 7 à 27°.

Cette fermeture des lofts est la raison numéro 1 pour laquelle les fers 2,3,4 et bientôt 5 ont disparu des sacs de beaucoup de joueurs amateurs. Sur le LPGA, il est fréquent désormais de voir des joueuses de haut niveau avoir un ou deux hybrides dans leur sac.

Alors la question se pose : comment choisir un (ou deux) hybrides ?

La première chose à regarder est le loft de votre fer le plus fermé. Il est préférable de le faire mesurer précisément car il existe des marges de tolérance de fabrication, toutes marques confondues.

Admettons que vous souhaitez vous arréter à votre fer 6 : il mesure 28° de loft.

Afin d’assurer un écart de distance convenable entre ce fer 6 et votre hybride, je recommande un écart de loft de 3 à 4°.

Il vous faut donc un hybride de 25 ou 24° de loft. Attention ! C’est bien le loft qui vous intéresse, par le numéro de l’hybride . Car un hybride numéro 5 peut avoir un loft qui varie de plusieurs degrés en fonction des marques et des modèles. Donc, choisissez un loft et pas un numéro.

La deuxième chose à regarder est la longueur de votre hybride. Rappelez vous qu’un hybride a pour vocation de remplacer un fer, il doit donc avoir la même longueur que le fer qu’il remplace.

Exemple : votre fer 6 mesure 37,5 ». Votre hybride 5 devrait donc mesurer 38 », voire 38,5 ».

Or, la tendance de certaines marques aujourd’hui est de fabriquer des hybrides rallongés. Certes on va vous dire que vous allez gagner en distance mais est ce le but ? Si vous perdez en contrôle (ce qui fait tout le charme d’un hybride) est ce le bon choix ?

Troisième point clé, le poids du shaft. Certes, l’acier a disparu sur les hybrides (même s’il est possible d’en fabriquer) mais soyez vigilant encore une fois à ne pas trop vous éloigner du poids de vos fers, pour assurer des sensations cohérentes.

Ainsi, si le shaft de votre fer 6 pèse 105 grammes, allez chercher un shaft d’hybride entre 85 et 95 grammes.

A propos du shaft, le flex doit être aussi en conformité avec vos fers mais il n’existe aucune cohérence sur ce sujet de fabricant à fabricant : ainsi un « Regular » d’un modèle X peut correspondre à un « Stiff » d’un modèle Y, voire un « senior » d’un modèle Z.

Ce qui compte, c’est la notion de profil de flexion de shaft (bend profile). Un clubfitter experimenté pourra vous aider à sélectionner un shaft d’hybride ayant un profil similaire, ou très proche, de vos fers.

La notion d’équilibre de l’hybride est aussi très importante : ici encore, on recherchera un hybride avec un équilibrage proche de votre fer le plus fermé, pour assurer une parfaite cohérence de sensations.

Enfin, soyez attentif à la hauteur de la face de l’hybride : elle peut être basse (« shallow ») ou haute (« deep »). Une face « shallow » aura un centre de gravité très bas ce qui permettra de favoriser des trajectoires hautes et sera plus facile à jouer sur herbe. Une face « deep » conviendra surtout pour des mises en jeu sur tee. Cela vaut également pour des bois de parcours !

Pour toute question : arnaud@33golflab.com

AIE, QU’EST-CE QU’IL M’ARRIVE ? (Blessures les plus courantes du golfeur amateur)

Je suis masseur-kinésithérapeute en banlieue bordelaise et aussi joueur de golf.

Au cours de mes soins, je suis amené à prendre en charge des joueuses – joueurs de golf blessés par la pratique de leur sport. Ce sont de joueurs amateurs qui golfent dans un but de loisir, même s’il y a quelques compétitions de temps en temps. Ils ont entre 45 et 75 ans.

Les problèmes les plus courants que je vois sont des problèmes de l’épaule, du coude et du rachis lombaire. La pratique du golf peut mettre à jour des pathologies déjà existantes mais pas vraiment révélées. Il y toujours un phénomène douloureux qui empêche totalement de jouer au golf. La première question qui m’est posée est toujours : quand pourrai-je reprendre le golf ?

Continue reading « AIE, QU’EST-CE QU’IL M’ARRIVE ? (Blessures les plus courantes du golfeur amateur) »