Le driver parfait n'existe pas

Le driver parfait n’existe pas

par Arnaud Maurin

Septembre 2017

Bon, le titre n’est peut être pas le meilleur : le driver parfait peut exister, mais cela demanderait à un clubmaker de tester environ 1,5 millions de combinaisons possibles pour un golfeur en particulier.

Nous ferons le calcul plus tard.

Mais tout d’abord, qu’est ce qu’un driver parfait ? Après tout, y a t-il un vin parfait ? Un swing de golf parfait ? Une parfaite entreprise où travailler ?

Cela peut sembler trivial mais c’est précisément là où les choses sont si difficiles lors d’un fitting.

Mais disons, pour simplifier, que le driver parfait serait celui qui envoie la balle le plus loin, et le plus droit. On peut penser que ce serait la réponse de 95% des golfeurs, et que seuls une poignée répondraient « celui avec lequel je peux donner des effets à la balle » ou « celui qui donne le plus de roule » ou « celui qui a le meilleur son à l’impact ».

Retour au calcul des combinaisons.

Après 7 ans de fitting et de clubmaking pour des golfeurs de tous horizons et tous niveaux, je peux affirmer sans hésiter que le driver est le club le plus dur à fitter.

Pourquoi ? Car justement c’est celui dont les combinaisons sont si élevées par rapport aux autres clubs.

Voici ces combinaisons.

LONGUEUR

Sujet très débatu ! La longueur maximale autorisée est de 48 inches, qu’utilisent les compétiteurs de long drive. Longueur moyenne en boutique : 45 ». longueur moyenne sur le PGA américain : 44,5 ». Ricky Fowler (2017) : 43,75 ». Moyenne sur le PGA dans les années 70 : environ 43 »

Cela fait un gap de 5 ». Si l’on résonne de demi inches en demi inches, cela donne 11 combinaisons.

La longueur du driver a une influence forte sur la distance, la précision, et le feeling.

LOFT

Paramètre clé dans la distance et la hauteur de balle : quel loft optimal devrions nous jouer ? La réponse est à la fois simple (si l’on raisonne en portée de balle pure) et compliquée (si l’on raisonne avec la portée et la roule de balle).

Les lofts sur les faces de driver peuvent varier de 8° (je ne prends pas en compte les lofts de 5° et en dessous des champions de long drive) jusqu’à 15°. Cela fait déjà beaucoup de combinaisons.

Mais, ce n’est pas si simple !

D’abord, car les lofts sur un driver ne sont pas constant : la face est bombée du haut vers le bas (« roll ») et on peut tout à fait avoir des écarts de 7° en bas de la face, 10,5° au milieu, et 14° en haut de la face … pour un driver estampillé « 10,5° ». Donc, en fonction de l’endroit où vous tapez la balle, le résultat ne sera pas le même !

A ma connaissance, il n’existe qu’un seul driver sur le marché à avoir une face avec loft constant.

Ensuite, car la réalité de la fabrication ds têtes en masse montre que tous les modèles ont des marges de tolérance : lorsqu’on mesure un driver marqué « 10,5 », au milieu de la face, on peut tout a fait avoir des écarts allant de 8 à 12°

Pour simplifier, disons qu’il y a donc au moins 10 combinaisons possibles de loft sur un driver.

FACE ANGLE (angle de face)

Ce paramètre a une influence imporante sur la direction des coups : de 2° fermé à 2° ouvert, lequel correspond le mieux à votre swing ?

Ici aussi, nous avons environ 10 combinaisons.

LIE ANGLE (angle de lie)

Ce paramètre n’est pas aussi important que sur des fers, la plupart des drivers varient de 58° à 60°.

Mais, pour des golfeurs très grands, ou très petits, il peut s’avérer important en termes de précision.

Prenons 5 combinaisons, de 2° flat à 2° upright.

POIDS DU SHAFT

La tendance, depuis que j’ai démarré mon activité, a été des shafts de driver de plus en plus légers … En 2017 il y a désormais des shafts en dessous de 40 grammes ! Mais « léger » n’est pas pour tout le monde. Il peut aider certains golfeurs à générer plus de vitesse, mais sera un mauvais choix pour d’autres.

Si l’on se base de 10 en 10 grammes, de 40 à 80, nous avons 5 autres combinaisons.

FLEX DU SHAFT

Paramètre tellement débatu … et à raison, quand on sait que les fabricants de shafts n’ont pas les mêmes désignations de modèle à modèle … qu’est ce qu’un Regular ? Un Stiff ? Il n’existe pas de norme scientifique à ce jour pour cette codification, et il n’y en aura probablement jamais .

Si l’on démarre à L2 (ladies square) jusqu’à XXStiff … cela fait au moins10 combinaisons.

PROFIL DU SHAFT

La répartition de la rigidité est différente de shaft à shaft : Stiff en butt, soft en tip, stiff en tip … la liste est très longue ! Combien de combinaisons ? J’avoue ne pas savoir. Prenons en 10 pour simplifier.

SWINGWEIGHT

L’équilibre pour un driver peut aller d’environ C3 à D5 : 13 combinaisons supplémentaires.

Si nous devions arrêter les combinaisons possibles ici, nous avons déjà plus de 1,5 millions de choix possibles.

Mais on peut ajouter à l’équation :

  • le poids de la tête (de 190 à 210 grammes)
  • le centre de gravité qui influence le moment d’inertie, le launch, le spin
  • le COR (coef. of restitution) : la plupart des faces de driver sont aujourd’hui à la limite des 0,830, mais il existe encore ds tolérances de fabrication d’une tête à l’autre
  • le poids du grip : de 25 à 80 grammes
  • les contre poids : de 20 à 80 grammes
  • le point de flexion du shaft : bas, mid, haut
  • le torque du shaft : from 2° to 6°
  • etc …

J’espère que cet article permettra au lecteur de mieux comprendre la difficulté de comparer une marque de driver A contre une marque B, à moins de connaître les différents paramètres qui les composent. Beaucoup de « reviews » sur internet sur tel ou tel nouveau driver sont intéressantes, mais ne mentionnent pas suffisamment de paramètres (sur le loft réel, les caractéristiques de shaft …) pour un comparatif vraiment précis.

En tant que clubmaker, je dirai à un golfeur souhaitant améliorer ou changer de driver :

  • de bien faire vérifier certains paramètres clés (longueur, équilibre, loft réel, poids,;;;)
  • de ne pas prendre pour « argent comptant » ce que vous lisez sur votre driver, notamment le loft inscrit sur la semelle

Mais surtout, je lui dirai de prendre le temps de bien définir les pistes d’amélioration de son driver :

  • un driver qui donne plus de portée de balle ?
  • un driver qui donne plus de roule ?
  • un driver qui disperse moins ?
  • un driver qui réduise une tendance au slice / hook ?
  • un driver plus « comfortable » ?
  • un driver mieux adapté à tel type de terrain ? (mou, sec, étroit, …) ?

Il faut rester humble et ne choisir que une ou deux options.Sinon, on risque vraiment de passer à côté de « son » meilleur » driver.

arnaud@33golflab.com

Leave a Reply

This site is protected by wp-copyrightpro.com