ARGOLF, une réussite à la Française !

ARGOLF, une réussite à la Française !

headerARGOLF

En 2010,un couple de deux ingénieurs aéronautiques passionnés de golf, Sonia et Olivier COLAS, décident d’utiliser leur savoir faire en design et ingéniérie aéronautique et créent une marque spécialisée dans les putters de golf qu’ils vont baptiser ARGOLF , « AR » pour Côtes d’Armor en Bretagne. Un pari fou pour deux raisons : tout d’abord, une concurrence internationale croissante sur ce segment de golf, largement dominée par des marques américaines de renom (Scotty Cameron, Odissey, PING, NIKE, CLEVELAND …) mais aussi car jamais une marque française n’avait réussi à se creuser un sillon dans l’industrie des clubs de golf.

Et c’est pourtant en jouant la carte du « made in France » que cette petite PME aura réussi à s’imposer au bout de quelques années seulement !

Olivier et Sonia COLAS ont su imposer :

  • des composants de très grande technicité utilisant des matériaux nobles et résistants que l’on retrouve dans le domaine aéronautique : ALUMINIUM 7175 et Acier inoxydable 304 et 304L

  • des designs uniques inspirés par les légendes Arthuriennes aux noms si évocateurs : MORGANE, LANCELOT, ARTHUR, GRAAL, PERCEVAL, UTHER, …

  • une stratégie de gamme unique où, au lieu de changer et remplacer les modèles tous les deux ans (pratique généralisée à l’ensemble de la branche), tous les modèles restent en place et un nouveau modèle fait son apparition seulement si il apporte un « plus » à la gamme existante, grâce à une R&D au plus près des évolutions et besoins des joueurs du circuit

  • une fabrication dans le respect de normes environnementales strictes

ARGOLF-30-04-2014-156

En 2015, suite à des rencontres sur le sol américain avec de grands noms du golf, Olivier et Sonia décident d’installer leur siège social dans la ville de Jupiter, en Floride. Avec Larry Bobka, ancien joueur professionnel et Instructeur, ils mettent en place le ARGOLF PUTTING LAB, centre dédié au fitting de putter.

Les putters sont toujours fabriqués en Bretagne, mais distribués essentiellement désormais sur le continent américain.

Les joueurs professionnels (il n’est pas possible de communiquer officiellement sur tous les joueurs) qui jouent actuellement les putters ARGOLF sont les suivants, la plupart sur le Champions Tour américain (Tour Sénior) :

– Rocco Mediate (ambassadeur de la marque depuis 01/2017)

– Mark Calcavecchia

– John Daly

– Sandy Lyle

– Jesper Parnevik (vainqueur sur le Champions Tour)

– Maha Haddioui, la seule joueuse Arabe sur le LET

– Patricia Meunier Leboucq

– Mark Farry

– Andrew Svoboda

Pour plus de renseignements :

http://www.argolfparis.com/fr/

https://www.argolfusa.com/

Entretien avec Joël Bernard (Moncoachdegolf.fr)

Le célèbre coach Joël BERNARD (moncoachdegolf.fr) m’a interrogé ce mois ci au sujet des clubs à taille constante. Un débat en deux parties :

Fabrication des têtes VEGA au japon

Voici une vidéo qui montre toute la philosophie et les étapes de fabrication des têtes forgées Vega à Kobe, au Japon :

Image de prévisualisation YouTube

Le 15ème club

Article rédigé par Clément DUBOURG, opticien (et golfeur passionné).

webmd_rf_photo_of_glasses_on_golf_course

Cela semble une évidence, mais rappelons le : le golf est un sport de cible. Certes la technique et le mental ont leur importance mais il reste un jeu d’adresse où la vue est sollicitée à chaque instant, notamment sur les greens lors de la lecture des pentes. Il est donc important de bien voir pour mieux jouer ou simplement profiter de la beauté du parcours le jour où le swing nous abandonne.

Vous ne l’avez peut être pas remarqué en regardant les tournois à la télévision, que ce soit le PGA, EPGA, LPGA ou le champions Tour, mais il est rarissime de voir un ou une joueuse pro avec des lunettes. Quelques exceptions notables cependant  : Kenny Perry, Hale Irwin ou encore Padraig Harrigton.

irwin

Une étude de l’INSEE de 2012 nous dit pourtant que deux français sur trois portent des lunettes correctrices :

90% +55ans

49% 18-54ans

On peut alors se poser 3 questions:

– les joueurs se privent d’une vision performante ?

– ils portent des lentilles de contact ?

– ils ont subit une opération au laser ?

Vous l’aurez compris, les opérations par chirurgie et le port de lentilles sont les plus courantes sur les circuits pro.

Nous allons passer en revue les défauts et les corrections les plus adaptées au golfeur.

I. Les défauts visuels et le golf

  1. Le golfeur et la myopie

Le myope a une mauvaise vision de loin, mais voit très bien de près, ce qui ne lui apporte rien pour la pratique de son sport favori.

En général il joue avec ses lunettes et ne les quitte pas. Il faut donc des lunettes avec un bon champ visuel et assez stables pour éviter d’être gêné lors du swing .

Les lentilles, quant à elles, vont présenter plusieurs avantages, notamment donner un maximum de confort par rapport au champ visuel et une bonne qualité de vision. Elles sont également plus confortables par temps pluvieux ou par temps chaud (pas de formation de buée dans ces deux cas).

Surtout elles redonnent une vision plus naturelle car les verres pour corriger la myopie ont un effet loupe inversé : et oui , le myope y voit en réalité plus petit avec les lunettes.

Le port de lentilles évitera donc une modification de la vision du parcours.

  1. le golfeur et l’hypermétropie

Les cas d’hypermétropie représentent la majeure partie d’entre vous.

L’hypermétrope y voit très bien de loin et de près mais cela lui demande un effort accommodatif, un peu comme une mise au point avec un appareil photo, pouvant entrainer des maux de tête. En général, il joue sans lunettes sauf si la correction est importante.

Les lunettes sont une bonne solution pour lui. Les verres corrigeant l’hypermétropie sont des verres convexes entrainants un effet grossissant. Les lentilles ont des avantages mais a l’inverse du myope (effet rapetissant des verres correcteurs) il perd l’effet grossissant des lunettes.

  1. le golfeur et l’astigmatisme

L’astigmatisme est une déformation de l’œil qui entraine une déformation des images sur la rétine. C’est un défaut est très gênant car il déforme la vision au niveau des horizontales et des verticales. L’œil ne peut pas compenser tout seul l’astigmatisme, seul les lunettes et les lentilles peuvent redonner un confort de vision (il est parfois difficile de corriger certains astigmatismes par des lentilles de contact). La correction joue un rôle très important notamment dans la lecture des pentes et surtout la qualité de vision.

  1. le golfeur presbyte

Il porte des verres progressifs, le plus délicat pour la pratique du golf car ce sont des verres qui engendrent des déformations (du fait qu’il y ait trois corrections dans le verre : dans le haut la vision de loin, au milieu la vision intermédiaire et dans le bas la vision de près) qui sont très gênantes notamment dans la vision dynamique et à l’adresse.

De nombreux joueurs et joueuses préfèrent se passer de lunettes car ils ne sont pas à l’aise avec.

Le bas du verre sert pour la vision de près ce qui correspond à une vision nette à 40cm. Or, à l’adresse, la balle se trouve entre 1m50 et 1m80. Il est donc impossible d’avoir une posture naturelle avec un équipement progressif dit « traditionnel »

II. les solutions aux verres progressifs

Heureusement, il existe des solutions qui vont permettre de réduire considérablement (et non enlever) la gène du verre progressif.

*La première : jouer avec des lunettes de loin

Avantages : champ visuel le plus performant et aucune déformation

Inconvénients : on ne peut pas lire avec et ce sera une utilisation restreinte.

*La seconde : un verre ‘’sport’’ qui reste un progressif mais qui privilégie la vision dynamique et le champ visuel. La zone de vision de près est réduite elle a donc moins d’impact a l’adresse.

Avantages : – champ visuel en vision de loin élargie

– réduction des effets de tangage

– excellente vision dynamique

– possibilité de lecture (noter un score par exemple)

– polyvalence ( conduite, plage ,ville)

Inconvénients : – cela reste un verre progressif

*La troisième : un verre pour la conduite

Et oui : il a en effet un champ visuel panoramique en vision de loin et aussi en vision intermédiaire : la balle a l’adresse.

C’est le verre qui , dans la pratique du golf, donne le meilleur compromis.

Avantages :

  • champ visuel panoramique en vision de loin et vision intermédiaire
  • possibilité de les porter pour conduire et se balader

Inconvénients : peu de vision de près mais vous pouvez tout de même lire mais avec moins de confort qu’un progressif traditionnel

III. Solution pour le non presbyte

Un verre traditionnel vous donnera pleinement satisfaction, cependant la technologie est passée par là… elle permet aujourd’hui de fabriquer des verres sur mesure de haute définition (HD) qui sont taillés au laser et permettent d’augmenter le contraste de 30% sans aucune déformation dans le verre.

On retrouve alors une vision identique à celle des lentilles.

IV. Un peu de santé visuelle

Le golf est un sport d’extérieur, ce qui est merveilleux avec les verres optiques aujourd’hui c ‘est qu’en plus de vous corriger la vue ils vous protègent les yeux des UV grâce à la matière et aux traitements antireflets.

Une transmission à la lumière de 99,9% donne une transparence accrue et un filtre 100% UV protège un maximum.

V. Un choix infini

Le choix des verres est très important car il est personnalisé, on n’achète pas un verre de lunettes comme on achète un paquet de pâtes ! Il est impossible de choisir seul un verre car il existe :

4 traitements antireflets

4 matières de verres

53 teintes différentes

17 effets miroités

4 generations de verres

1 possibilité de faire des verres sur mesure

3 couleurs de verres polarisés

Pour vous simplifier le calcul cela donne environ 20000 possibilités car les traitements ne sont pas forcement compatibles entre eux.

Votre opticien aura dans ce cas un rôle très important car il doit vous aider à faire votre choix en s’intéressant à votre demande. Il devra aussi vous faire essayer au préalable la correction pour vous mettre en situation et vous faire plusieurs propositions adaptées à vos besoins.

Vous l’avez bien compris la vision a un rôle très important dans le GOLF, un équipement adapté peu vraiment vous changer la vie et il peut devenir votre 15ème club !

perry-847-halleran

Pour toute question à Clément DUBOURG sur ce sujet : dub47@hotmail.fr

Revue des STERLINGs(2)

En cette rentrée 2016, deux coachs de renom sur Youtube, Paul WILSON (USA) et chris RYAN (UK) ont testé la série de fers « Sterlings » à taille constante de Tom WISHON et sont unanimes : cette série est parfaite pour simplifier le jeu et peut s’adresser à tout type de joueur.

Les vidéos ici :

Image de prévisualisation YouTube

Peaufiner le chipping avec les « grinds » d’un wedge

Dans cette vidéo : comment utiliser les « grinds » d’un wedge VEGA 58° pour un chip en montée et en descente.

Lien wedges VEGA : http://vega-golf.com/

Image de prévisualisation YouTube

Rentrée Atelier

Vidéo de rentrée présentant :
– le grip C2PRO de Golf PRIDE
– la tête de driver « k » de UNITED GOLF
– le shaft FUBUKI « J » de Mitsubishi Rayon

Image de prévisualisation YouTube

Revues des STERLINGs

Ce mois ci deux vedettes de YouTube (Mark Crossfield et Christo Garcia / MySwingEvolution) ont publié leur test et analyse des fers à taille constante de Tom Wishon. Leur avis est très positif !

 

C’est ici :

Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube

La révolution « STERLINGs » by Tom Wishon

An exclusive conversation with Tom WISHON on "single length" design and the STERLINGS

Cet article a pour vocation de vous présenter la nouvelle série baptisée STERLING, lancée en Avril par le célèbre designer Tom WISHON.

Pensée il y a trois ans, c’est une série de fers à longueur constante (tous les fers du 5 au SW, avec option d’un hybride sur le 5) dont l’objectif est de rendre le jeu plus simple pour beaucoup de golfeurs, de débutants à confirmés.

Le concept n’est en soi pas nouveau (voir mon long interview de Tom Wishon à la fin de cet article) puisqu’il avait été pensé dans les années 90, mais il n’avait jamais été aussi abouti qu’entre les main de Tom, qui aura donc passé près de trois ans à peaufiner tous les aspects d’une telle série.

Dit simplement, nous avons donc une série où chaque club aura le même poids global, même shaft, même flex, point de flexion, même « lie », même swingweight … seuls les lofts et centres de gravité des têtes varient afin de maintenir des écarts de distance et des trajectoires homogènes par rapport à une série « traditionnelle ».

Les STERLINGs peuvent être montés sur la taille d’un fer 8 (36.5 inches) ou fer 7 (37 inches), à la manière d’un Bryson Dechambeau, l’amateur américain qui s’est fait remarquer depuis deux ans sur le Tour Américain.

Le principal défi pour Tom a été le respect de l’étalonnage des distances. En effet, on se retrouve donc avec un fer 5 et 6 « rétrécis » et des fers 9, PW et SW « rallongés ». Pour pallier à ceci, Tom a utilisé sa technologie mise au point avec les 870Ti et les 771Csi de faces fines à COR maximum sur les fers 5 et 6 des STERLINGs pour éviter de perdre en distance, et utilisé un acier carbone très souple sur les petits fers pour éviter de frapper plus loin que des fers classiques.

Les bénéfices des STERLINGs sont essentiellement :

  • la plus grande facilité de frapper des longs fers
  • la plus grande probabilité de centrage de balles sur les longs fers, assurant in fine distance et compression de balle plus grande
  • une posture identique pour chaque club
  • des sensations de poids, d’équilibre, de rigidité identiques de club à club

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à prendre contact avec nous et venir essayer des clubs déjà « sold out » aux USA !

 

BONUS !

INTERVIEW EXCLUSIVE DE TOM WISHON (Mars 2016)

Arnaud : Hi Tom. I have so many questions to ask about the STERLINGs ! Maybe we should start by the beginning : what was the « genesis » of the single length irons ?

Tom : In the fall of 2013, a golf professional named Jaacob Bowden came to visit me in Durango (Colorado) at our company. His reason for visiting was to talk to me about the concept of single length irons, to ask me what I thought about it, and to ask me if I wanted to get involved in a project with him to design a new set of single length irons. Jaacob is an American golf pro who at that time was living with his wife in Zurich. Jaacob would play the occasional European Tour event when he could qualify and he operated a website in which he offered golf swing coaching and swing speed training advice and programs to help golfers. Jaacob liked the concept behind single length iron design – same swing feel for potentially improved shot consistency because of every club being the same length, same total weight, same shaft, same swing weight, same balance point. But he had tried all of the existing single length sets at that time and always had something he did not like about them – sometimes the low loft iron distances were too short, sometimes the high loft iron/wedge distances were too long, and sometimes the distance gap between the irons was too small. So he asked me if I could design a single length set that could be better than what was available or had been available in the past. For me, the fun in clubhead design has always been to do something new, different, something that hadn’t been done before. But Jaacob threw one more challenge at me – he wanted the single length of all the irons in the set to be an 8 iron length. Why? Because every golfer can hit an 8 iron pretty well, even the golfers with a 30 handicap.

Arnaud : Yes, I’ve read lots about the different « trials » of single length during the 80s and 90s, and notably the EQL by Tommy Armour. Can you tell us a bit about these designs ? Why did they fail ? Lire la suite…

Footwork : l’importance des pieds dans le swing

Voici une vidéo / montage qui s’adresse à tout niveau de golfeur. Vos commentaires les bienvenus !

Image de prévisualisation YouTube

This site is protected by wp-copyrightpro.com