Conversations avec Tom WISHON (3)

Conversations avec Tom WISHON (3)

Septembre 2017.

Interview réalisée entre minuit et deux heures du matin : Bordeaux / Durango (Colorado), suite à mon article sur les innovations de Tom qui ont boulversé l’industrie du golf de ces 20 dernières années : « http://33golflab.com/wp/2017/09/rendez-cesar-ce-appartient-cesar/ »

J’ai posé plusieurs questions posées à Tom … je vous donne une réponse livrée ici en exclusivité. Pour les autres, elles resteront à jamais gravées dans mon coeur.

Bonne lecture !

(Traduction française )

ARNAUD : Tom, si tu devais te projeter dans le passé … quelle fut ta plus grande création ?

TOM : Cela me prendrait beaucoup de temps pour répondre à cette question … je peux certainement en citer quelques unes qui me viennent à l’esprit ce soir, mais depuis que j’ai créé plus de 350 « design » de têtes depuis 1986, je risque d’en oublier pas mal car ça se bouscule un peu dans ma tête ! Alors, si je devais en citer juste une, là, maintenant : ce serait la découverte de la façon de pouvoir pousser le COR (Coef. de Restitution) au maximum légal sur des têtes de bois de parcours, d’hybrides et de fers … 10 ans avant que les « grandes » marques puissent le faire. C’était au début des années 2000. Lorsque l’USGA et le R&A ont acté la limite de COR en 1998, la limite ne concernait que les drivers, pas les bois de parcours ni les hybrides, parce que l’USGA et tous les autres croyaient que cela ne serait jamais possible d’atteindre cette limite, à part sur des faces de drivers. Ils pensaient tous qu’il fallait une face suffisamment grande pour le faire, pour pouvoir permettre à la face d’avoir un effet trampoline.

Mais, j’avais acquis suffisamment d’expérience en métallurgie pour savoir comment le faire sur des faces plus petites, et même sur une face de fer.

Un des moments les plus drôles de ma carrière fut lorsque je reçus les résultats pour mon prototype de bois de parcours, le 515GT. Le bois 3 prototype avait un COR de 0.845, le bois 5 un COR de 0.837 et le bois 7 un COR de 0.830.

Je savais pertinemment que l’USGA n’avait écrit la règle que pour les drivers avec un loft inférieur ou égal à 15°. Je savais pertinemment que la règle ne mentionnait ni les bois de parcours, ni les hybrides, ni les fers. Et, lorsque je reçus ces résultats de test, j’étais inquiet de ce qu’allait dire l’USGA. J’ai donc appelé Dick Rugge, un ancien cadre de TAYLOR MADE, qui était alors Directeur de l’USGA. Je lui ai demandé de façon un peu naïve si la règle de la limite de COR n s’appliquait qu’aux drivers … à sa voix, je pouvais deviner qu’il avait compris où je voulais en venir.

Il me répondit alors :  » l’USGA ne CROIT PAS qu’aucun de vous les gars puissent fabriquer des têtes de bois de parcours avec un COR maximum. Mais si vous y arrivez, et si nous trouvons que vous êtes capable de le faire, alors nous étendrons la limite de COR de 0.830 à TOUS les clubs de golf« .

J’ai donc du demander à mes métallurgistes de faire des faces plus épaisses avec mon modèle 515GT pour qu’ils ne dépassent pas le COR de 0.830. Et ce fut après que ce modèle fut mis en vente que l’USGA décida de changer la règle du COR et de la rendre automatique à tous les clubs.

VERSION ORIGINALE :

ARNAUD : Tom, looking back … What would say was your greatest design ?

TOM : It would take me some time to really think about what I believe would be the best design(s) that I created in my career.  I certainly can name some that come to mind right away.  but I think that since I have designed over 350 different head models since 1986, I will forget some that if I had the time might come back to me as being pretty special.   At any rate, just off the top of my head now :

Discovering how to design and make the first high COR fairway woods, hybrids and irons and introducing these models at least 10 yrs before any of the big companies did the same.  This was in the early 2000s.   When the USGA/R&A enacted the COR limit in 1998, the rule was first written to be for drivers only.  Not for fwy woods or hybrids or irons, because the USGA and everyone else believed that it would only be possible to reach the COR limit in the rules with drivers.  They all believed that you had to have a face area as large as a driver to be able to make the face flex enough to achieve a high COR.  It was my knowledge of the metallurgy and its principles related to face flexing that showed me how to make a high COR with a small face area such as on a fwy wood or hybrid or iron.   

One of the most fun moments I had in my career was when I got the first COR test results back from the production foundry for the old model 515GT fwy woods.  The 3w had a COR of 0.845, the 5 wood was 0.837 and the 7 wood was 0.830.  I knew the USGA rule for the COR limit clearly stated back then that the 0.830 limit was only for drivers up to 15* loft.  The rule said nothing about fairway woods or any other clubhead.   

So when I got these COR test results from the factory for the 515GRT woods, I was worried about what the USGA might do.  So I called the USGA’s technical director at the time who was Dick Rugge, a former technical officer with Taylor Made.  I asked Dick if the rule was only for drivers or for any clubhead with a loft below 15*.   I could tell Dick was guessing what was behind my question when he responded to say. . . . . « The USGA does not believe that any of you guys can design heads of the size of a fairway wood with a high COR.  but if you do, and if we find that you do, we will extend the COR rule to cover all clubheads. »  

So I had the factory very slightly increase the face thickness of the 3w and 5w so they would not be over the 0.830 COR limit.  And it was after this model came out that the USGA changed the COR rule to make it include all clubheads and not just drivers up to a 15* loft.  

 

Le plus beau putter du monde ?

Je travaille depuis 6 mois avec RADIUS, une marque basée au RU  qui s’est spécialisée dans des putters haut de gamme aux designs très variés, et proposant des variations intéressantes de shafts (centré, avec offset, sans offset, …). Les têtes peuvent être réglées en loft, lie, sur demande.

La qualité de fabrication est optimale, beaucoup de têtes viennent du Japon où elles ont été forgées dans de l’acier carbone S20C, assurant une pureté de contact inégalée.

Aujourd’hui j’ai reçu les deux derniers exemplaires de leur modèle « Year of the Snake », qui a été produit à 50 exemplaires pour le monde !

Pour le plaisir des yeux et laisser une trace sur mon site, voici quelques photos que j’ai faites en ce retour du printemps et des cerisiers en fleur !

Sur les deux putters reçus , il me reste UN exemplaire à vendre, numéroté 34/50. Avis aux amateurs de beaux objets !

Plus d’infos sur la marque RADIUS :

http://www.radiusputters.com/

yos1

yos2

yos3 !

ARGOLF, une réussite à la Française !

headerARGOLF

En 2010,un couple de deux ingénieurs aéronautiques passionnés de golf, Sonia et Olivier COLAS, décident d’utiliser leur savoir faire en design et ingéniérie aéronautique et créent une marque spécialisée dans les putters de golf qu’ils vont baptiser ARGOLF , « AR » pour Côtes d’Armor en Bretagne. Un pari fou pour deux raisons : tout d’abord, une concurrence internationale croissante sur ce segment de golf, largement dominée par des marques américaines de renom (Scotty Cameron, Odissey, PING, NIKE, CLEVELAND …) mais aussi car jamais une marque française n’avait réussi à se creuser un sillon dans l’industrie des clubs de golf.

Et c’est pourtant en jouant la carte du « made in France » que cette petite PME aura réussi à s’imposer au bout de quelques années seulement !

Olivier et Sonia COLAS ont su imposer :

  • des composants de très grande technicité utilisant des matériaux nobles et résistants que l’on retrouve dans le domaine aéronautique : ALUMINIUM 7175 et Acier inoxydable 304 et 304L

  • des designs uniques inspirés par les légendes Arthuriennes aux noms si évocateurs : MORGANE, LANCELOT, ARTHUR, GRAAL, PERCEVAL, UTHER, …

  • une stratégie de gamme unique où, au lieu de changer et remplacer les modèles tous les deux ans (pratique généralisée à l’ensemble de la branche), tous les modèles restent en place et un nouveau modèle fait son apparition seulement si il apporte un « plus » à la gamme existante, grâce à une R&D au plus près des évolutions et besoins des joueurs du circuit

  • une fabrication dans le respect de normes environnementales strictes

ARGOLF-30-04-2014-156

En 2015, suite à des rencontres sur le sol américain avec de grands noms du golf, Olivier et Sonia décident d’installer leur siège social dans la ville de Jupiter, en Floride. Avec Larry Bobka, ancien joueur professionnel et Instructeur, ils mettent en place le ARGOLF PUTTING LAB, centre dédié au fitting de putter.

Les putters sont toujours fabriqués en Bretagne, mais distribués essentiellement désormais sur le continent américain.

Les joueurs professionnels (il n’est pas possible de communiquer officiellement sur tous les joueurs) qui jouent actuellement les putters ARGOLF sont les suivants, la plupart sur le Champions Tour américain (Tour Sénior) :

– Rocco Mediate (ambassadeur de la marque depuis 01/2017)

– Mark Calcavecchia

– John Daly

– Sandy Lyle

– Jesper Parnevik (vainqueur sur le Champions Tour)

– Maha Haddioui, la seule joueuse Arabe sur le LET

– Patricia Meunier Leboucq

– Mark Farry

– Andrew Svoboda

Pour plus de renseignements :

http://www.argolfparis.com/fr/

https://www.argolfusa.com/

sterlings

Conversation avec Tom WISHON (2) : les STERLING à taille constante

Arnaud : Hi Tom. I have so many questions to ask about the STERLINGs ! Maybe we should start by the beginning : what was the « genesis » of the single length irons ?

Tom : In the fall of 2013, a golf professional named Jaacob Bowden came to visit me in Durango (Colorado) at our company. His reason for visiting was to talk to me about the concept of single length irons, to ask me what I thought about it, and to ask me if I wanted to get involved in a project with him to design a new set of single length irons. Jaacob is an American golf pro who at that time was living with his wife in Zurich. Jaacob would play the occasional European Tour event when he could qualify and he operated a website in which he offered golf swing coaching and swing speed training advice and programs to help golfers. Jaacob liked the concept behind single length iron design – same swing feel for potentially improved shot consistency because of every club being the same length, same total weight, same shaft, same swing weight, same balance point. But he had tried all of the existing single length sets at that time and always had something he did not like about them – sometimes the low loft iron distances were too short, sometimes the high loft iron/wedge distances were too long, and sometimes the distance gap between the irons was too small. So he asked me if I could design a single length set that could be better than what was available or had been available in the past. For me, the fun in clubhead design has always been to do something new, different, something that hadn’t been done before. But Jaacob threw one more challenge at me – he wanted the single length of all the irons in the set to be an 8 iron length. Why? Because every golfer can hit an 8 iron pretty well, even the golfers with a 30 handicap.

Arnaud : Yes, I’ve read lots about the different « trials » of single length during the 80s and 90s, and notably the EQL by Tommy Armour. Can you tell us a bit about these designs ? Why did they fail ? Read more…

33GOLFLAB répond à vos questions ! Episode 3

Au programme de ce troisième épisode :

– l’évolution des têtes de driver

– les Ecoles de golf

– interview de Philippe URANGA, Conseiller Technique (Ligue d’Aquitaine & Poitou Charente)

– présentation de son livre « comment devenir le plus mauvais golfeur du monde »

Image de prévisualisation YouTube

33GOLF LAB lance son émission sur YouTube !

Il y avait longtemps que j’en avais envie … du boulot en plus mais quel bonheur de pouvoir partager, chaque semaine, quelques moments de « golf » avec Bertrand PINARD, pro PGA au golf de Teynac.

Le concept est simple : chaque semaine, Bertrand et moi répondons à deux questions d’internautes.

Lui s’occupe du swing, de la stratégie, du mental … et moi bien sûr, de matériel !

 

Voici l’épisode numéro 1 :

Image de prévisualisation YouTube

 

This site is protected by wp-copyrightpro.com