Fréquence de shaft

« Le shaft est le moteur du club ».

On retrouve souvent cette définition mais elle est erronée. Le seul moteur du club, c’est le joueur ! Le shaft est juste la transmission qui permettra de déployer l’énergie concentrée entre les mains du golfeur à la tête du club.

Basiquement, un shaft est un cylindre creux fabriqué à partir de différents composants, principalement l’acier ou le graphite (fibre de carbone).

L’acier a une densité naturelle d’environ 7,7 grammes par centimètre cube, ce qui en fera toujours un shaft plus lourd et plus rigide que le graphite, avec une densité moyenne de 1 gramme par centimètre cube.

C’est la raison pour laquelle l’acier continue d’avoir une place prédominante dans le sac des hommes et des « gros frappeurs », tandis que le graphite sera souvent plus adapté à des jeunes, des femmes ou des seniors.

La marque AEROTECH propose aujourd’hui des shafts hybrides composés d’acier et de graphite et sont un excellent compromis pour des joueurs à tempo moyen, peu agressifs, mais souhaitant conserver des trajectoires assez basses. En 3 ans, les « Steelfiber » sont devenus les shafts « non acier » les plus joués sur le Tour Américain en 2014 !

m_product_spec

 

Les différentes technologies qui se cachent dans les quelques millimètres composant un shaft étant un secret bien gardé des fabricants, certains aspects méritent cependant d’être éclaircis.

Ainsi, il existe une terrible confusion à l’heure actuelle sur la rigidité réelle des shafts.

Les fameuses lettres « A » (pour senior), « L » (pour Ladies), « R » (pour Regular)

« S » (pour stiff) et « X » (pour extra stiff) ne correspondent en effet à AUCUN standard internationalement établi.

La seule façon scientifique utilisée chez 33GOLFLAB et reconnue par tous les clubmakers est de mesurer la fréquence d’un shaft, exprimée par une machine en CPM (cycles par minute). Cette fréquence devra tenir compte de la longueur du club.

Par exemple, un driver de 44.5 inches de long avec un CPM (mesuré au butt) de 255 correspondra à un « regular medium ».

Plus la fréquence (CPM) augmente, plus le shaft est rigide. Il est ainsi possible de comparer plusieurs shafts et se rendre compte que le « R » de celui ci est en fait un « A » (cas le plus fréquent, les marques se basant encore une fois sur un joueur théorique moyen). Plus rarement, un « R » sera un « S », etc …

Le « frequency matching » (réglage des shafts d’une série selon leur fréquence) est une opération que nous vous proposons lors de l’assemblage de clubs.

La logique veut que les clubs composant le sac soient de rigidité légérement croissante (plus souples sur un fer 4, plus rigide sur un sand wedge).

Des études menées depuis les années 70 sur ce sujet sur des milliers de golfeurs américains  « cobaye » ont révélé un réglage de CPM optimal allant de 4 CPM en 4 CPM entre chaque club, le driver ayant le plus faible CPM.

Une étude sur les vieux clubs en bois du célèbre Hary Vardon a révélé un réglage de clubs allant de 5 en 5 CPM …

En conclusion, le « frequency matching » des shafts ne peut se faire que par un clubfitter indépendant, qui prendra soin de vérifier, pour chaque club, la rigidité réelle du shaft, et d’accorder une série de façon à procurer un confort de jeu optimal pour le joueur.

 

POUR ALLER ENCORE PLUS LOIN SUR LES SHAFTS, C’EST ICI

POUR EN SAVOIR PLUS SUR LE FREQUENCY MATCHING, C’EST ICI

N’hésitez pas à nous contacter pour un RV.

This site is protected by wp-copyrightpro.com