Choisir son putter

Cette page a pour objectif de vous expliquer les différents paramètres à prendre en considération lors de l’achat d’un putter. 

Comme pour le driver, c’est sans doute le club le plus difficile à « fitter ». Qui n’a pas dans son garage plusieurs putters, chacun acheté à la va-vite en boutique parce qu’il était « beau », parce qu’il avait une « nouvelle technologie », etc … et qui, au bout d’une semaine de « lune de miel », ne marchait pas mieux que le précédent putter ? 

Il existe sur le marché quantité de marques et de modèles différents, mais ma conviction est qu’un bon putter doit répondre à quatre paramètres clés : la longueur, le lie, le loft et le poids (équilibre). Ces quatre paramètres doivent correspondre à une POSTURE qui est unique d’un joueur à l’autre.Viennent ensuite des paramètres secondaires qui permettent d’affiner son choix. 

1) la longueur

C’est la première chose à étudier lors d’un fitting ! La posture (position de votre corps, écartement des jambes, balancement des bras, type de grip utilisé, visée …) dicte la longueur du putter, mais si vous avez un putter à mauvaise longueur, il va vous dicter une MAUVAISE POSTURE ! Le résultat est toujours le même : problème d’alignement, de visée, irrégularité (« un jour je putte bien le lendemain je putte mal ») , tensions musculaires, problèmes de dos … la liste est longue des golfeurs que je croise et qui semblent souffrir avec leur putter en main !

Un putter de bonne longueur doit être comme une «  seconde peau », le prolongement logique de vos bras et de votre vision ! 

La plupart des putters pour homme sont proposés en boutique avec une longueur dite « standard » de 35 pouces. Or, il est très RARE que cette taille corresponde parfaitement, et j’observe des écarts en fitting allant de 32 à 36 pouces.

2) Le « lie »

Une fois la bonne longueur trouvée, le deuxième paramètre à étudier est le « lie », qui va en découler (longueur et lie sont interdépendants) : la façon dont la semelle de votre putter va reposer au sol. Tous les enseignants de putting s’accordent (pour une fois!) sur ce principe : un putter bien réglé est un putter dont la semelle doit reposer de façon la plus « plane » possible sur le sol. Dans le cas contraire, vous vous exposez à des irrégularités de centrage et de direction qui, sur des putts de moins de deux mètres, feront qu’un putt sera rentré ou pas !

Ce réglage en lie nécessite des outils adaptés que tous mes fournisseurs (Tom WISHON, ORKA, ARGOLF) sont en mesure de réaliser.

3) le loft 

Les putters sont aujourd’hui quasiment tous réglés à 3° de loft.

Mais ici aussi, ce loft (censé procurer une roule optimale) ne conviendra pas à tout le monde. Prenons le cas d’un joueur qui aime putter avec les mains en avant : ce n’est plus 3° mais 1° de loft maximum qu’il a entre les mains ! Résultat ; une balle qui « saute » sur les premiers centimètres, à la merci de dévier de sa trajectoire. Ce joueur aura donc besoin d’un putter avec PLUS de loft. 

Autre cas de figure : un joueur qui aime putter au pied gauche ou en prenant la balle en « remontant » : il risque d’avoir trop de loft à l’impact (5° à 7°) et pour ce golfeur là, il faudra régler son putter avec MOINS de loft. La roule sera grandement optimisée !

4) le poids et l’équilibre

La grande majorité des têtes de putters proposées par les fabricants ont un poids d’environ 350 grammes. 

Le rôle d’un clubmaker est de savoir comment, à partir de la longueur de votre putter, il va pouvoir vous équilibrer le club de façon optimale, notamment en choisissant un grip avec un poids adapté (de 30 à 140 grammes selon les modèles !), ou en lestant davantage la tête, ou en utilisant un contrepoids (en haut du manche) de 20 à 80 grammes.

L’utilisation de contrepoids est aujourd’hui très largement partagée par de nombreux clubmakers de renom qui considèrent que pour les joueurs souffrant d’un tempo trop rapide ou irrégulier, un contrepoids (plus de poids sous les mains) permet dans 75% des cas d’améliorer son « tempo ».

5) le design de la tête et le chemin de club

Trois grandes formes co-habitent aujourd’hui (et pour longtemps) :

– la « lame », design très sobre pour un chemin de club en arc prononcé et un feeling (ou feedback) optimal

– la « demi lune » pour un chemin de club en arc relativement prononcé.

– le « mailet » pour un chemin de club droit (straight back straight through) avec un fort moment d’inertie qui pardonne mieux les décentrages.

Gamme WISHON

6) le grip

Il existe aujourd’hui une très grande quantité de modèles de grips, avec des poids, des couleurs, des tailles, des formes et des matières très différentes.

Il est important, si vous changez de grip, de bien regarder son poids afin de ne pas changer de trop l’équilibre du putter.

La marque anglaise TWO THUMB par exemple très populaire avec des grips permettant de positionner les deux pouces sur le côté plat du putter.

La marque leader, SUPERSTROKE, propose un modèle de grip pour ceux qui ont un grip en « pince ».

x2ThumbLight

 

 

This site is protected by wp-copyrightpro.com